Bruit

L'exposition à un niveau de bruit excessif au lieu de travail constitue un danger physique . Il s'agit d'un problème grave qui touche de nombreux lieux de travail au Nouveau-Brunswick. L'exposition à des niveaux sonores excessifs [> 85 dBA] peut entraîner des pertes auditives à court terme (aiguës ou réversibles) ou permanentes (chroniques ou irréversibles) selon le type de bruit auquel le salarié est exposé. Les types de bruit varient en fonction du travail effectué.

Il est important de savoir qu'une surexposition au bruit ne prend pas nécessairement longtemps. En effet, de courtes périodes d'exposition à des bruits très forts peuvent entraîner une surexposition et des dommages irréversibles à l'ouïe. D'autres dangers pour la santé liés au bruit peuvent avoir un certain nombre d'effets physiologiques et psychologiques. Citons notamment :

  • Interférence avec la parole, la concentration et le processus de pensée
  • Perturbation du sommeil
  • Fatigue et agressivité
  • Diminution de la réponse immunitaire

Des niveaux sonores élevés peuvent tout d'abord entraîner une baisse auditive et des bourdonnements d'oreilles. Une exposition périodique à des niveaux sonores élevés peut aboutir à une perte auditive et à d'autres effets néfastes pour la santé. Des bruits de faible intensité peuvent entraver les activités ou la concentration, et peuvent provoquer un stress et des effets pour la santé similaires à ceux des niveaux sonores élevés.

Les trois principales catégories de bruit se distinguent selon leur mode de variation en fonction du temps.

  • Le bruit continu reste constant et stable sur une période donnée. Par exemple, chaudières dans une centrale, ventilateurs, machines vibrantes et compresseurs.
  • Le bruit variable ou intermittent combine des périodes calmes et des périodes bruyantes sur une période donnée. Par exemple, machines à travailler le bois et machines à coudre.
  • Le bruit impulsif ou d'impact est extrêmement intense et d'une durée très brève. Par exemple, poinçonneuse, martelage et coups de fusil.

Pour éviter les atteintes à la santé dues à l'exposition excessive au bruit, en tant qu'employeur, il vous incombe :

  • de mesurer le niveau sonore et le temps passé par un salarié lorsque l'on a des raisons de croire que le niveau sonore peut dépasser 80 dBA ;
  • de consulter le comité mixte d'hygiène et de sécurité ou le délégué à l'hygiène et à la sécurité, s'il y en a, ou de consulter les salariés concernant les types d'équipements protecteurs de l'ouïe qui doivent être utilisés;
  • de veiller à ce que les mesures soient documentées et mises à la disposition du comité mixte d'hygiène et de sécurité ou du délégué à l'hygiène et à la sécurité, et d'un agent sur demande;
  • de vous assurer que l'exposition au bruit ne dépasse pas les niveaux sonores et les durées maximales, y compris sans toutefois s'y limiter :
    • plus de 85 dBA pendant huit heures;
    • plus de 88 dBA pendant quatre heures;
    • plus de 91 dBA pendant deux heures; veuillez vous reporter au Règlement général 91-191 pour obtenir les autres limites d'exposition;
  • lors de l'utilisation d'un sonomètre pour mesurer le bruit, d'effectuer des calculs pour déterminer l'exposition d'un salarié au bruit lorsque celui-ci est exposé à des niveaux sonores substantiellement différents au cours d'une journée de travail;
  • de prendre toutes les précautions raisonnables pour protéger les salariés d'une exposition à des niveaux sonores dangereux et veiller à ce que la valeur d'exposition moyenne pondérée (VEMP ) ne dépasse pas 85 dBA, pour aucun salarié;
  • d'installer et d'utiliser des contrôles techniques appropriés lorsque cela est possible afin de surveiller le bruit à la source et lorsqu'on ne peut pas avoir recours à des contrôles techniques pour limiter l'exposition, de fournir des dispositifs protecteurs de l'ouïe afin que l'exposition au bruit des salariés soit maintenue dans les limites prescrites;
  • de s'assurer que l'équipement protecteur de l'ouïe satisfait à la norme CSA Z94.2-94, « Protecteurs auditifs » , ou à une norme qui assure une protection équivalente.
  • Lorsque le niveau sonore dépasse 85 dBA, vous devez vous assurer que la zone comporte un panneau avertisseur indiquant le champ des niveaux sonores mesurés et prévenir des dangers occasionnés par le bruit.

En tant que salarié, les responsabilités suivantes vous incombent :

  • Porter des protecteurs auditifs, lorsque l'employeur l'exige, si vous êtes exposé à des niveaux sonores de :
    • plus de 85 dBA pendant huit heures;
    • plus de 88 dBA pendant quatre heures;
    • plus de 91 dBA pendant deux heures;
  • Savoir comment ajuster, utiliser et entretenir les protecteurs auditifs.

On peut avoir recours à un dosimètre de bruit ou à un sonomètre pour déterminer la VEMP du salarié. Il est important de prendre note des différences entre les deux appareils, notamment leurs avantages et leurs inconvénients respectifs. Le Groupe CSA a élaboré une norme qui peut servir de guide afin de mesurer correctement l'exposition des salariés au bruit (norme CAN/CSA-Z107.56-F06, « Méthode de mesure de l'exposition au bruit en milieu de travail » ).

Interprétations / Détails

On peut protéger son ouïe de deux façons : des cache-oreilles et des bouche-oreilles . Bien qu'il y ait des avantages et des inconvénients à chacun, les cache-oreilles offrent habituellement une meilleure protection. (Source : Protection de l'ouïe – Travail sécuritaire NB)

Les cache-oreilles et les bouche-oreilles devraient comporter un indice de réduction du bruit (IRB) imprimé sur l'emballage. Il s'agit de la protection offerte dans une situation idéale. En réalité, il se peut que la réduction du bruit ne soit que la moitié de celle inscrite sur l'emballage et c'est un élément à prendre en considération lorsque l'on détermine si les salariés sont correctement protégés quand ils travaillent dans un environnement bruyant.

Dosimètre
Sonomètre

Programme de protection de l'ouïe

Bien qu'il ne soit pas exigé par les règlements, un programme de protection de l'ouïe comportant tous ses éléments, y compris les vérifications audiométriques et la formation connexe, est nécessaire lorsque les salariés sont exposés à des niveaux de bruit égaux ou supérieurs aux valeurs limites d'exposition pour assurer que les mesures de contrôle sont efficaces.

Règlement général - Loi sur l'hygiène et la sécurité au travail
Règ. N.B. 91-191

Partie V BRUITS ET VIBRATIONS

Article 29

29. (1) Lorsqu'un employeur ou un salarié a des raisons de croire que le niveau sonore dans une aire de travail peut dépasser 80 dBA, l'employeur doit s'assurer que

a) le niveau sonore est mesuré par une personne compétente à l'aide d'un sonomètre conforme au minimum aux prescriptions de la norme ANSI S1.4-1983, «American National Standard Specification for Sound Level Meters», pour un sonomètre de type 2 qui est réglé de façon à utiliser le réseau de pondération «A» et l'appareil de mesure à réponse lente, et

b) le temps qu'un salarié passe dans un lieu oùle niveau sonore dépasse 80 dBA est mesuré.

(2) L'employeur doit s'assurer que les renseignements obtenus en vertu du paragraphe (1) sont documentés et mis àla disposition du comité mixte d'hygiène et de sécuritéou du délégué à l'hygiène et àla sécurité, s'il en existe un, et d'un agent sur demande.

(3) Lorsqu'il y a lieu de croire qu'il y a eu des changements importants dans les niveaux sonores documentés en vertu du paragraphe (1), l'employeur doit s'assurer que le niveau sonore et l'exposition du salarié sont mesurés de nouveau et documentés conformément aux prescriptions du paragraphe (1).

Article 30

30. (1) L'employeur doit s'assurer que les salariés ne sont exposés qu'à des niveaux sonores aussi faibles que possible et qui ne dépassent pas les expositions suivantes :

Tableau

Niveau sonore Durée par jour
dBA Heure
80 24
82 16
85 8
88 4
91 2
94 1
97 1/2
100 1/4

(2) L'employeur doit s'assurer que, lorsque l'exposition quotidienne au bruit se compose de périodes d'exposition àdes niveaux sonores substantiellement différents, leur effet combiné est considéré et non l'effet particulier de chacun, conformément à la formule suivante:

Si la somme des fractions suivantes:

Equation

est supérieure à l'unité, l'exposition combinée est considérée dépasser le seuil admissible d'exposition prescrit au paragraphe (1). C1 représente la durée totale d'exposition à un niveau sonore particulier, et T1 représente la durée totale d'exposition permise à ce niveau. Les calculs ci-dessus doivent comprendre toutes les expositions sonores en lieu de travail de 80 dBA ou plus.

(3) L'employeur doit s'assurer qu'aucun salarién'est exposé à des bruits continus, intermittents ou percutants qui dépassent le niveau maximal de pondération C- de 140 dB, en utilisant un sonomètre de type 2 qui est réglépour utiliser le réseau de pondération A avec réponse lente du sonomètre.

[Règ. N.B. 2001-33, a. 12]

Article 31

31. Lorsque l'installation de contrôles techniques est possible, l'employeur doit installer et utiliser des contrôles techniques appropriés pour satisfaire à l'article 30.

Article 33

33. Dans tout secteur où le niveau sonore dépasse 85 dBA, l'employeur doit s'assurer qu'y est visiblement affichéun panneau avertisseur pour indiquer le champ des niveaux sonores mesurés et prévenir des dangers occasionnés par le bruit.

Partie VII EQUIPEMENT DE PROTECTION

Article 48 Equipement protecteur de l'ouïe

48. (1) L'employeur doit s'assurer que l'équipement protecteur de l'ouïe satisfait à la norme ACNOR Z94.2-94 , «Protecteurs auditifs», ou à une norme qui assure une protection équivalente.

(2) L'employeur doit consulter le comité mixte de l'hygiène et de la sécurité ou un déléguéà l'hygiène et à la sécurité, s'il y en a, ou consulter les salariés s'il n'existe ni comité, ni délégué, concernant la sélection des types d'équipements protecteurs de l'ouïe qui doivent être utilisés par les salariés.

(3) Lorsqu'un équipement de protection de l'ouïe est exigé, l'employeur et le salarié qui utilise l'équipement doivent chacun s'assurer que l'équipement est gardéen bon état de salubrité.

[Règ. N.B. 2001-33, a. 21]